Al Ain (E.A.U)

Al Ain est la principale ville de l’oasis de Buraimi située à cheval sur la frontière entre l’émirat d’Abu Dhabi et le sultanat d’Oman. Sa sour jumelle, Buraimi, se situe en Oman. La liberté de circulation de l’une à l’autre permet d’avoir un aperçu de l’Oman sans souci de visa. Cette oasis est sans doute la plus ancienne région habitée des EAU. Certains vestiges retrouvés remontent au 4e millénaire av. J.-C. Al Ain est aussi le lieu de naissance du Shaikh Zayed, l’actuel émir d’Abu Dhabi et président des EAU. D’où les largesses dont a bénéficié la ville. Tandis que Buraimi, qui n’a pas connu ce sort, reste une confortable ville de province. Ces deux communes offrent donc un intéressant contraste qui justifie leur visite. Le climat sec de l’oasis est également appréciable l’été quand on ne supporte plus l’humidité de la côte.

Le musée d’Al Ain et le Fort oriental (Eastern Fort) se situent dans la même enceinte au sud-est d’Al Ain. Le musée présente la vie avant l’ère du pétrole, des bijoux, des armes et des instruments de musique bédouins ainsi qu’une tente bédouine. Parmi un éventail éclectique de décorations reçues par Shaikh Zayed figurent l’ordre d’Isabelle la Catholique ainsi qu’une balle d’un chef de commando palestinien qui détourna trois avions sur la Jordanie en 1970. Dans le fort, il n’y a pas grand-chose à voir hormis un vieux canon dans la cour. À deux pas de là se trouve le souk aux bestiaux, où il est amusant d’aller faire un tour. Bédouins et citadins viennent de tout le sud des EAU et du nord de l’Oman pour acheter toutes sortes d’animaux, vaches, chèvres, moutons ou chats. L’animation bat son plein le matin. Un petit marché aux chameaux se tient également le matin près du centre de la ville. Pour varier les senteurs, passez la frontière pour gagner le souk de Buraimi où les étals regorgent de fruits et de légumes. Juste derrière se dresse le Fort Al-Hillal. Voisin, le Fort Al-Khandaq, vieux de 400 ans, paraît impressionnant depuis qu’il a été entièrement restauré. Cela vaut la peine de traverser les cours pour grimper jusqu’en haut du parapet.

Des courses de chameaux ont lieu à une vingtaine de kilomètres d’Al Ain, sur la route d’Abu Dhabi, le vendredi matin durant les mois d’hiver. On peut aussi faire des safaris à dos de chameau, depuis de la promenade d’une heure jusqu’à la randonnée de plusieurs jours, en passant la nuit sous une tente bédouine.

Al Ain se situe à 2h de voiture à l’est d’Abu Dhabi par une autoroute à trois voies. Bus et services de taxis assurent la navette. La ville est également reliée à Dubaï, à peu près à la même distance, par des services de taxi.

Al Ain est la principale ville de l’oasis de Buraimi située à cheval sur la frontière entre l’émirat d’Abu Dhabi et le sultanat d’Oman. Sa sour jumelle, Buraimi, se situe en Oman. La liberté de circulation de l’une à l’autre permet d’avoir un aperçu de l’Oman sans souci de visa. Cette oasis est sans doute la plus ancienne région habitée des EAU. Certains vestiges retrouvés remontent au 4e millénaire av. J.-C. Al Ain est aussi le lieu de naissance du Shaikh Zayed, l’actuel émir d’Abu Dhabi et président des EAU. D’où les largesses dont a bénéficié la ville. Tandis que Buraimi, qui n’a pas connu ce sort, reste une confortable ville de province. Ces deux communes offrent donc un intéressant contraste qui justifie leur visite. Le climat sec de l’oasis est également appréciable l’été quand on ne supporte plus l’humidité de la côte.

Le musée d’Al Ain et le Fort oriental (Eastern Fort) se situent dans la même enceinte au sud-est d’Al Ain. Le musée présente la vie avant l’ère du pétrole, des bijoux, des armes et des instruments de musique bédouins ainsi qu’une tente bédouine. Parmi un éventail éclectique de décorations reçues par Shaikh Zayed figurent l’ordre d’Isabelle la Catholique ainsi qu’une balle d’un chef de commando palestinien qui détourna trois avions sur la Jordanie en 1970. Dans le fort, il n’y a pas grand-chose à voir hormis un vieux canon dans la cour. À deux pas de là se trouve le souk aux bestiaux, où il est amusant d’aller faire un tour. Bédouins et citadins viennent de tout le sud des EAU et du nord de l’Oman pour acheter toutes sortes d’animaux, vaches, chèvres, moutons ou chats. L’animation bat son plein le matin. Un petit marché aux chameaux se tient également le matin près du centre de la ville. Pour varier les senteurs, passez la frontière pour gagner le souk de Buraimi où les étals regorgent de fruits et de légumes. Juste derrière se dresse le Fort Al-Hillal. Voisin, le Fort Al-Khandaq, vieux de 400 ans, paraît impressionnant depuis qu’il a été entièrement restauré. Cela vaut la peine de traverser les cours pour grimper jusqu’en haut du parapet.

Des courses de chameaux ont lieu à une vingtaine de kilomètres d’Al Ain, sur la route d’Abu Dhabi, le vendredi matin durant les mois d’hiver. On peut aussi faire des safaris à dos de chameau, depuis de la promenade d’une heure jusqu’à la randonnée de plusieurs jours, en passant la nuit sous une tente bédouine.

Al Ain se situe à 2h de voiture à l’est d’Abu Dhabi par une autoroute à trois voies. Bus et services de taxis assurent la navette. La ville est également reliée à Dubaï, à peu près à la même distance, par des services de taxi.